Quoi ? :
Des Questions ? :
Un lien ? : Cliquez-ici

C'est une personnalité plutôt discrète, de celles qui n’aiment pas s’afficher en permanence sur les réseaux sociaux et préfère s’exprimer à travers sa cuisine. Formée auprès de chefs étoilés, Claire Le Vaillant a décidé il y a deux ans de se lancer en tant que cheffe à domicile pour faire partager ses recettes saines et savoureuses.

Passionnée par tout ce qui touche à la nutrition et à l’équilibre alimentaire, Claire Le Vaillant décide de s’orienter vers la cuisine et se forme auprès de chefs étoilés dans la région. Après plusieurs années d’expérience, elle se lance en tant que cheffe à domicile et propose également des cours de cuisine pour partager sa conception du manger bien et sain.

  • Peux-tu nous retracer ton parcours ?

J’ai fait un BTS diététique, parce que j’étais très intéressée par la nutrition et tout ce qui touche à l’équilibre alimentaire. Je passais aussi beaucoup de temps à cuisiner pour le plaisir, si bien que mon entourage m’a décidé à me réorienter et à passer un CAP cuisine. J’ai rencontré Jean-Marc Banzo ancien chef du Clos de la Violette qui m’a conseillé de me former dans des restaurants étoilés.

J’ai commencé chez le Chef Etoilé Bruno Oger au Cannet au-dessus de Cannes, puis chez Michel Kayser au Restaurant Alexandre, un Deux Etoiles à Garons. Ensuite j’ai travaillé aux Lodges Sainte Victoire pendant quatre ans avec le Chef Mathias Dandine. C’est comme ça que j’ai appris le métier.

Quand je suis tombée enceinte de mon fils, comme son papa était aussi cuisinier, j’ai repensé ma façon de travailler. Je voulais continuer dans la cuisine qui est pour moi un métier de passion, donc j’ai lancé ma micro-entreprise en tant que cheffe privée. Actuellement je suis cheffe privée à l’année pour des particuliers, et en parallèle je propose des prestations à domicile et des cours de cuisine.

Ce qui est très enrichissant pour moi c’est de rencontrer les gens, de ne pas être enfermée dans sa cuisine avec sa brigade, même si parfois l’ambiance des coups de feu en cuisine me manque un peu ! J’ai vraiment trouvé ma voie car ça me permet de rencontrer des personnes, d’échanger et d’expérimenter de nouvelles choses en cuisine.

  • Comment définis-tu ton identité culinaire ?

Je fais une cuisine de type méditerranéen au sens large ; aussi bien le Sud de la France que la Grèce, ou l’Italie.  Je cuisine beaucoup de poissons, de légumes, toujours à l’huile d’olive évidemment ! Ma cuisine est à la fois saine et gourmande, je défends l’idée qu’on peut vraiment se faire plaisir tout en mangeant sain. J’ai vraiment un intérêt pour la façon dont les gens se nourrissent et toutes les maladies qui peuvent survenir face à une mauvaise nutrition. Pour moi souvent c’est dû à un manque de connaissances qui a des conséquences. Les légumes plein d’OGM ou de pesticides, les modes de cuisson trop cuit, frit, qui sont mauvais pour la santé. J’ai envie de faire comprendre aux gens que non la cuisson vapeur n’est pas réservée aux régimes !

On peut vraiment concilier cuisine plaisir et cuisine saine. Il faut travailler avec des matière premières de bonne qualité, de saison car elles auront tout simplement plus de goût. J’aime l’idée de réapprendre aux gens à bien se nourrir tout en se faisant plaisir.J’ai l’impression que ça rentre quand même de plus en plus dans les mœurs, comme l’importance de la provenance par exemple.

  • Qu’est-ce qui t’inspire ? Comment tu sélectionnes tes produits ?

Je pense que tout cuisinier s’inspire de ce qui se fait ailleurs pour évoluer. Tu apprends constamment en cuisine. J’aime bien travailler des produits de circuit cours, si possible en agriculture bio et de saison bien sûr. Je sélectionne mes produits à la fois sur leur qualité, mais aussi selon mes affinités avec les producteurs. Il faut que ça matche avec leur personnalité. Par exemple le producteur de légumes Bruno Queyron dans le Var qui cultive des légumes dans une terre un peu aride, qui fait qu’ils sont ultra concentrés en goût, ou bien Laurence Chaullier, qui fait des brousses de folie dans le massif du Montaiguet.

  • Comment se déroule tes prestations de cheffe à domicile ?

Je rencontre les gens, je leur propose deux menus, je fais les courses puis je confectionne un repas chez eux, je dresse la table, je fais le service à table, et je gère aussi le nettoyage de la cuisine. J’ai un éventail de demandes assez larges, mais en règle générale mes clients me font confiance et veulent découvrir mon univers culinaire.

  • Que penses-tu de l’engouement pour la cuisine à travers les émissions à la Top Chef ?

D’un côté c’est une bonne chose, car avant les cuisiniers ne sortaient pas de leur cuisine. Ca permet de communiquer sur le métier, le savoir-faire des professionnels, ça permet de démocratiser le métier et de le faire évoluer.

Il y a aussi de plus en plus de femmes mises à l’honneur et c’est très bien car c’est quand même un secteur d’activité encore trop souvent considéré comme masculin.

Après l’inconvénient c’est ceux qui se lancent sans être du métier parce qu’ils s’en font une fausse image. Il faut tenir compte de l’exigence, du travail, et de la difficulté du métier.

  • Est-ce que tu cuisines pour toi chez toi ?

Sans mentir, je prends autant plaisir à cuisiner pour les autres que pour mon fils et moi, en appliquant les mêmes principes de ne jamais trop dénaturer le goût original des produits.

  • Tes péchés mignons ?

Je ne suis pas une grande fan de sucré ou de pâtisserie. Je suis plutôt adepte des fruits frais pour leur côté rafraichissant à la fin du repas. J’aime vraiment manger de tout, les légumes et les poissons en particulier. Je fais beaucoup de poissons farcis, comme du loup ou de la dorade aux légumes verts. La meilleure période pour moi c’est le printemps avec tous les légumes primeurs, les premières fraises, l’été qui s’amorce.

  • Qu’est-ce que tu aimes dans le fait de donner des Cours de cuisine ?

Le fait de partager un moment, de créer des liens avec les personnes. Le côté convivial, et le fait de pouvoir transmettre mes connaissances. Les cours de cuisine ont un côté « détente », qui me coupent un peu de mon quotidien de chef à domicile. Je réalise aussi des recettes en live sur le compte insta des Allées Provençales une fois par mois.

  • Des bonnes adresses aixoises à conseiller à nos lecteurs pour bien manger ?

 Le resto Licandro Le Bistro, qui fait une cuisine simple mais avec beaucoup de goût. Le Mana espresso pour un dej’ rapide, sain et bon, et leurs jus à la centrifugeuse. Le resto Vintrépide qui est très bien aussi, et le resto de l’hôtel Negre Coste. Côté resto Etoilé les Lodges Sainte Victoire. J’aime aussi beaucoup le Verre levé pour ses petits vins très sympas et leurs bons conseils.

Et côté producteurs, en Fruits et Légumes j’aime bien les jardins de Léa pour le bon rapport qualité prix. La Boulangerie la Fabrique à pain qui est la référence sur Aix, le Farinomane fou est très bien aussi.

Et pour les fromages : Lou Miss la chèvrerie au Montaiguet pour ses petites brousses et fromages de chèvres frais fait partie de mes coups de cœur !

Propos recueillis par Chloé Jacquety